Le jour de l’investiture du nouveau Président des États-Unis, Amanda Gordon, 23 ans, a partagé un message très fort :

ENSEMBLE, NOUS Y PARVIENDRONS

«Donc, laissons après nous un pays meilleur que celui que nous avons reçu»

Nous les Elafonisiotes ou les amoureux d’Elafonisos devons également nous inspirer de la poésie d’Amanda.
Nous avons une île bénie par Mère Nature : notre devoir est de la rendre encore plus belle et accueillante que celle que nous avons reçue.
Et la seule façon est le développement écologique durable, et nous devons tous marcher ensemble dans la même direction, sans envie, sans rancune.
Si vous n’avez pas pu voir l’allocution d’Amanda, vous pourrez la regarder ci-dessous.

 

 

Texte du poème

La colline que nous gravissons

Le jour venu, nous nous demanderons:
« Où pouvons-nous trouver la lumière dans cette ombre sans fin ? »
La perte que nous subissons,
Est une mer dans laquelle il faut patauger,
Nous avons bravé le ventre de la bête,
Nous avons appris que le calme n’est pas toujours la paix,
Et que les normes et les notions
de ce qui est juste
ne sont pas toujours la justice.
Et pourtant, l’aube est à nous
avant que nous ne le sachions.
D’une manière ou d’une autre, nous y arrivons,
D’une manière ou d’une autre, nous avons survécu et nous avons été témoins
Dans une nation qui n’est pas brisée
mais simplement inachevée.
Nous, les successeurs d’un pays et d’une époque,
Où une fille noire mince
descendante d’esclaves et élevée par une mère célibataire
peut rêver de devenir présidente
seulement en se trouvant à réciter pour un président.
Et oui, nous sommes loin d’être polis,
loin d’être vierge,
mais cela ne signifie pas que nous nous
efforçons de former une union parfaite.
Nous nous efforçons de forger une union avec des objectifs
Pour composer un pays engagé vis-à-vis de toutes les cultures, couleurs, caractères et
conditions de l’homme.
Nous levons donc les yeux, non pas sur nos différends,
mais ce que nous avons devant nous.
Nous comblons le fossé parce que nous savons, que pour mettre notre avenir en premier,
nous devons d’abord mettre nos différences de côté
Nous déposons les armes
pour que nous puissions tendre les bras
vers les autres
Nous ne voulons de mal à personne et voulons l’harmonie pour tous
Que le monde entier, au moins, dise que c’est vrai :
Que même si nous avons fait notre deuil, nous avons grandi
Que même si nous souffrions, nous espérions
Que même si nous étions fatigués, nous avons essayé
Que nous serons à jamais unis, victorieux
Non pas parce que nous ne connaîtrons plus jamais la défaite
mais parce que nous ne sèmerons plus jamais la division.
L’Écriture nous dit d’envisager
que chacun s’assoit sous sa propre vigne et son propre figuier
Et personne ne leur fera peur
Si nous voulons être à la hauteur de notre propre époque
Alors la victoire ne sera pas dans la lame de l’épée
Mais dans tous les ponts que nous avons créés.
C’est la clairière promise,
La colline que nous gravissons,
Si seulement nous osions…
C’est parce qu’être américain est plus qu’une fierté dont nous héritons,
c’est le passé dans lequel nous entrons
et comment nous le réparons.
Nous avons vu une force qui allait briser notre nation
plutôt que la partager.
Elle détruirait notre pays si cela signifiait retarder la démocratie
Et cet effort a presque réussi.
Mais si la démocratie peut être périodiquement retardée
elle ne peut jamais être définitivement défaite
Dans cette vérité.
Nous avons confiance à cette croyance
Car tant que nous avons les yeux tournés vers l’avenir
l’histoire a les yeux sur nous.
C’est l’ère de la rédemption juste
Nous avons craint sa création,
Nous ne nous sommes pas sentis prêts à être les héritiers
d’une période aussi terrifiante
mais en son sein, nous avons trouvé le pouvoir
pour écrire un nouveau chapitre
Pour nous offrir de l’espoir et du rire.
Alors qu’une fois nous avons demandé,
Comment pourrions-nous surmonter une catastrophe ?
Nous affirmons maintenant
Comment la catastrophe pourrait-elle nous dominer ?
Nous ne reviendrons pas à ce qui était
mais nous nous déplaçons vers ce qui sera
Un pays meurtri mais entier,
bienveillant mais audacieux,
fier et libre
Nous ne ferons pas demi-tour
et ne serons pas interrompu par des actes d’intimidation
parce que nous savons que notre inaction et notre inertie
serait l’héritage de la prochaine génération.
Nos erreurs deviendraient leurs soucis.
Mais une chose est sûre :
Si nous fusionnons la miséricorde avec la force,
et la puissance avec le droit,
alors l’amour deviendra notre héritage
et changera le droit de naissance de nos enfants.
Laissons donc derrière nous un pays
meilleur que celui qui nous a été laissé.
À chaque souffle de notre poitrine,
nous ferons de ce monde blessé un monde merveilleux
Nous nous élèverons des collines aurifères de l’ouest,
nous nous élèverons à partir du nord-est balayé par les vents
où nos ancêtres ont d’abord réalisé la révolution.
Nous nous élèverons à partir des villes des états du centre-ouest bordant les lacs,
nous nous élèverons du sud ensoleillé.
Nous allons reconstruire, réconcilier et récupérer
et dans tous les recoins connus de notre nation et
chaque recoin qui fait parti de notre pays,
notre peuple divers et beau émergera,
malmené et beau.
Quand le jour viendra, nous sortirons de l’ombre,
enflammé et sans peur.
L’aube nouvelle s’épanouit au fur et à mesure que nous la libérons
Car il y a toujours de la lumière,
si seulement nous sommes assez courageux pour le voir,
Si seulement nous sommes assez courageux pour l’être.

 

Pin It on Pinterest